bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

 

L'Art de la fugue, transcription des Contrepoints à l'usage de deux pianos

14 octobre 2015, par Claude Charlier ——

Cette seconde édition de L'Art de la fugue, proposée dans le cadre de la collection « Bach en couleurs », est destinée plus précisément aux pianistes.

Le testament musical de J-S. Bach est rarement interprété au piano. Il y a tout d'abord le fait que le contrepoint est rarement abordé dans le cadre des cours de piano prodigués dans les Conservatoires.

La seconde raison relève de l'ordre de la technique purement instrumentale. Beaucoup de Contrepoints ne peuvent être rendus sur le piano par un seul interprète du fait que les ambitus des lignes mélodiques sont souvent trop étendus.

Je reste cependant persuadé que de nombreux pianistes sont tentés par cette musique et souhaiteraient ajouter ce « fleuron anachronique » à leur répertoire.

Le piano me semble un instrument tout à fait approprié pour exécuter L'Art de la Fugue. Tous les Contrepoints peuvent être rendus sur une même palette sonore, un peu comme à l'orgue. À cela s'ajoute le fait que les notes longues sont plus audibles et mieux rendues que sur le clavecin. Je pense plus précisément aux Contrepoints qui renferment des augmentations thématiques (Contrepoints : VII, IX), mais aussi à des pages qui requièrent une certaine solennité comme les Contrepoints XII ou XIX.

C'est dans cet esprit fidèle au contexte de création de l'œuvre que j'ai réalisé cette édition.

L'utilisation de deux clés : sol et fa coule de source. Elles sont familières des exécutants. Cependant, j'ai renoncé aux possibles changements de clés à l'intérieur des voix en me disant que ce ne seraient pas quelques lignes supplémentaires qui pourraient embarrasser les interprètes chevronnés tentant cette aventure de concert. En revanche, la musique gagne en lisibilité et le dessin mélodique de chaque voix est mieux mis en valeur.

La partition est dessinée pour deux pianos, mais pourrait tout aussi bien être exécutée sur un seul instrument, à quatre mains.

Personnellement, je privilégierais cette seconde version pour une question d'homogénéité.

Je livre ici la quintessence de L'Art de la Fugue, c'est-à-dire la totalité des Contrepoints à quatre voix, pour des raisons évidentes liées à la réalisation instrumentale.

J'ajouterai qu'une exécution plus longue serait absurde, inutile, trop fatigante pour les interprètes et trop exigeante pour le public !

Claude Charlier
14 octobre 2015

 

Cette partition vendue 20 € est envoyée par courriel au format PDF à réception du paiement.

Voir version à quatre parties pour orgue

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN  2269-9910

musicologie.org 2015

musicologie

Jeudi 15 Octobre, 2015 15:46

recherche

bandeau

musicologie

rectangle