bandeau texte

S'abonner au bulletin

 

Bon sang ne saurait mentir : Manon ...

 

ManonManon. Photographie © D. R.

Massingy-les-Vitteaux, église Saint-Cyr, 21 juin 2015, par Eusebius ——

Un récital de Lieder de Beethoven, Schubert, Mendelssohn et Schuman transcrits par Liszt, voilà chose rare. Manon ... a choisi judicieusement leur ordre en fonction des expressions contrastées, des progressions et de leur sens littéral. Elle fera ainsi chanter 12 Lieder à son Steingraeber.

On joue peu les Sechs Gesänge, opus 75 de Beethoven sur des poèmes de Goethe, ou leur transcription par Liszt (S.468)1, et c'est bien dommage. Mignon (Kennst du das Land…), qui ouvre la série, est magistralement transcrit, fidèle et jamais routinier. Les changements fréquents de caractère et de tempo, de l'interrogation sereine à l'emportement, sont remarquablement traduits par le jeu de la pianiste, romantique mais toujours très contrôlé. On ne présente pas Gretchen am Spinnrade  (D.118), chef-d'œuvre absolu d'un Schubert à peine sorti de l'adolescence. Le piano, non content de réduire au seul clavier le chant et son accompagnement, enrichit la texture pour amplifier la progression dramatique, donnant naissance à un second chef-d'œuvre. La légèreté fluide de la main gauche, la conduite de l'émotion impérieuse, dépourvue d'artifices, sont proprement extraordinaires : nous avons affaire à une interprète dont la maturité est exceptionnelle.

Au même recueil de transcriptions de Liszt (S.558) appartiennent Die junge Nonne (D.828), Du bist die Ruh (D.776), et Sei mir gegrüsst (D.741) : d'égales réussites où toutes les facettes de l'art lisztéen sont magistralement illustrées. Auf dem Wasser zu singen (D.774), populaire, strophique, est l'occasion pour Liszt (S.552/2) d'en varier, d'en amplifier les reprises. La joie devient impérieuse et souveraine. Liebesbotschaft (D.957/1) ouvre le Schwanengesang2,fluide, apaisé, avant que l'inquiétude gagne : Aufenthalt (D.957/5) porte la marque de la douleur et de la fièvre tumultueuse.

« Ungeduld », 7e lied de Die schöne Müllerin (D.795), va voir une ardeur croissante gagner les quatre strophes. Sur près de 60 lieder de Schubert transcrits par Liszt, nous aurons écouté un choix représentatif de l'art du mélodiste et de celui du génial transcripteur.

La puissance et le lyrisme, l'élan vital de Widmung3 de Schumann, dans la version de Liszt (S.556) nous interrogent : que préférer, l'original ou la transcription ? Liszt, tout en demeurant d'une fidélité filiale à ses contemporains, imprime sa marque pianistique où l'instrument roi magnifie l'expression de chacun des Lieder. Ainsi, le Frühlingslied, opus 47 n3 de Mendelssohn, [Liszt, S.545/5] qui requiert des moyens superlatifs : les arpèges ascendants, les accords battus illustrent merveilleusement cette montée de sève printanière. Pour conclure, le splendide Frühlingsnacht de Schumann (opus 39 ; S.568) qu'affectionnait particulièrement un immense baryton…

Malgré l'extraordinaire difficulté technique, jamais l'ombre de la virtuosité n'est perceptible tant la maîtrise instrumentale et musicale est évidente. Les couleurs, fruits d'un toucher très riche, sont somptueuses. La suprême aisance est au service d'un art consommé de l'accompagnement, hérité de deux générations de chanteurs. Elle s'appelle Manon… Fischer-Dieskau4.

Eusebius
21 juin 2015

1. « D » suivi d'un nombre renvoie au catalogue thématique des œuvres de Schubert, réalisé par Otto Erich Deutsch ; « S » suivi d'un nombre à celui des œuvres de Liszt, dû à H. Searle.

2. que transcrivit Liszt dans sa totalité (S.560).

3. ouvre le recueil Myrthen, opus 25.

4. Manon est la fille de Martin Fischer-Dieskau, chef d'orchestre réputé, et la petite-fille du regretté Dietrich Fischer-Dieskau, peut-être le plus grand chanteur de ce dernier siècle, par ses qualités musicales, intellectuelles et sa soif inextinguible de découvrir et de faire partager les œuvres vocales de tous les temps. Après de brillantes études pianistiques, récompensées par plusieurs prix enviés, elle fut invitée par son grand-père à accompagner ses master-classes de chant à Berlin. Cette extraordinaire expérience la conduisit à passer son master d'accompagnement à la Royal Academy of Music, puis à remporter plusieurs nouveaux prix. Elle joue en soliste dans de nombreux pays et prépare des concerts en Israël et en Roumanie.

 

À propos
Contact

Recherche dans le site
S'abonner au bulletin
Liste musicologie.org
Collaborations éditoriales

rss Flux rss

Biographies
Encyclopédie musicale
Articles et études
La bibliothèque

Analyses musicales
Colloques & conférences
Universités françaises

Soutenir musicologie.org

Actualités musicales
Nouveaux livres
Nouveaux cédés
Agenda

Petites annonces
Téléchargements
Presse internationale


ISSN 2269-9910

Références / musicologie.org 2014

musicologie

Samedi 9 Juillet, 2016 3:34

bandeau

musicologie

recherche

rectangle_actu

rectangle

rectangle